astuces

TRUCS, ASTUCES ET CONSEILS DU PARFAIT CYCLO-RANDONNEUR

Mon expérience s’est enrichie au fil de mes différents voyages, au contact d’autres cyclotouristes (amis, clients et connaissances), à la lecture des récits de voyage à vélo.

A chaque lecture – sous forme de livre ou via le net -, on peut tirer des leçons.
Aussi, je vous invite à consulter l’expérience des autres.

Ci-dessous – et dans le chapitre « spécial vacances – vous trouverez une sélection de liens intéressants.

Au cours des 20 dernières années, le matériel a bien changé et évolué : matériaux plus légers et plus résistants en même temps, changements de vitesses indexées, freins plus puissants, pneumatiques plus résistants, sacoches de voyage étanches, pédales automatiques, etc.
Le vélo randonneur des années 70 ou 80 avec son guidon de course, ses porte-bagages chromés, ses pneus 650B, ses leviers de frein à double commande, ses freins Mafac, etc… est mort.
Vive le vélo randonneur nouveau avec toute la technologie moderne issue du monde de la course et du VTT!

Le vélo « randonneur » a donc évolué vers des noms résolument plus accrocheurs : hybrides, VTC, VTT hardtail, des fitness bikes, etc…

Sachez qu’il y a moyen de prendre son pied avec n’importe quel type de vélo !

Il suffit de bien le préparer, et surtout de le préparer suivant ce que vous voulez faire.
Méfiez-vous seulement des slogans trop « marketing » et des produits trop « nouveaux » et « révolutionnaires ».

La révolution, c’est vous qui devez la faire, pas votre vélo…

LIENS POUR BIEN PREPARER SON PROJET DE VOYAGE

http://capvelo.free.fr/cap9.htm
http://www.aroundtheworlds.com
http://bikeaccess.net
http://fred.ferchaux.free.fr
http://cyclotourisme.free.fr

Quelques conseils personnels en vrac pour :

- bien choisir son vélo

* le meilleur vélo est celui sur lequel vous êtes bien … très important !
* le choisir simple, classique, facile à réparer et à entretenir.
* il doit convenir à VOS objectifs.
* être attentif aux 3 points de contacts : pédales, guidon, selle.

- bien préparer son vélo

* bien connaître son vélo.
* la position doit être confortable et être conforme à vos habitudes : ne pas faire de changements de dernière minute.
* savoir faire quelques entretiens et réparations de base.
* faire un gros entretien un mois avant le départ et tout tester.

- bien préparer son voyage

* savoir comment on va voyager : seul(e), à deux, en groupe ou avec des inconnu(e)s ? En voyage organisé ou improvisé ? D’hôtel en hôtel ou en autonomie complète ? Bien faire le pour et le contre de tout cela.
* savoir qu’on doit se préparer matériellement, financièrement, physiquement (un peu quand-même…), didactiquement et (le plus important) psychologiquement.
* savoir que voyager à vélo n’est pas toujours « rigolo ».
D’un moment à l’autre, on risque d’avoir des problèmes mécaniques, des problèmes de santé; on peut avoir faim, soif, froid (ou chaud), avoir des douleurs aux fesses; on risque une chute, des piqûres d’insectes, on se battra contre le vent, les cols, le trafic; on pestera contre les routes dangereuses, la tôle ondulée, les nids de poules; il faudra faire face aux tunnels mal ou pas éclairés du tout, aux agressions, vols, etc.
Mais c’est çà aussi, le voyage. Et si tout était parfait et facile, alors je crois que vous aurez eu un voyage très très ennuyeux…
* savoir que voyager à vélo, c’est aussi rouler à son propre rythme, découvrir une multitude de choses difficilement accessibles (dans tous les sens du terme) par un autre moyen de locomotion; que ça fait du bien quand on s’arrête (…); il y a les plaisirs d’être autonome, la surprise chaque soir (où va-t-on dormir?), les contacts avec les gens, l’autosatisfaction d’avoir accompli quelque chose, l’agréable sensation de se sentir en pleine forme, etc…

- bien préparer ses bagages

* faire un essai de chargement : résistance, pression des pneus, stabilité, tenue de route, répartition des charges, accessibilité par ordre d’importance pratique, choix des emplacements (chocs, vibrations, produits inflammables ou malodorants,…
* conditionnement : il faut s’exercer avant le départ au rangement afin d’apprécier les méthodes les plus efficaces à l’exploitation de l’espace disponible. Il faut tenter d’adopter une place définitive pour chaque chose. Tenir compte des achats ultérieurs. Le matériel doit être compressé mais sans excès.
* équipement : le choix doit être fixé selon le budget, la durée, la qualité, le nombre, le climat,…
* tente ou pas tente ? Ces 3 ou 4 kilos de matériel en plus vous permettront d’être autonome et de vous protéger du froid, du vent, de la pluie, des reptiles et autres araignées et surtout des moustiques.
* réchaud ou pas réchaud ? Cela dépendra de la région à visiter, l’autonomie voulue, l’importance du groupe, le luxe et le poids qu’on veut bien transporter, ainsi que de la disponibilité d’aliments sur place.
* il y a trois possibilités pour transporter ses bagages : sur le dos, sur le vélo ou dans une remorque. Ou les trois en combinaison. Ne parlons pas de ceux qui envoient et se font envoyer matériel et linge par la poste (eh oui, ils existent ! j’en ai rencontrés) ou qui bénéficient d’une voiture suiveuse…
les tricheurs n’ont pas leur place ici…

- la préparation physique

* être habitué à son vélo et bien connaître sa position.
* faire un essai en montagne si possible : l’effort y est plus intense.
* endurcir ses fesses et s’habituer à sa selle.
* rouler peu ou beaucoup, peu importe, mais rouler souvent.
* être capable de faire la même distance à vide que ce qu’on projette de faire en voyage.
* le vélo n’est pas un sport d’efforts intenses, c’est surtout un sport d’endurance. Tout le monde peut faire un tour du monde à vélo : il suffit d’avoir du temps et de rouler à son rythme.
* faire un check-up médical et dentaire avant le départ d’un grand voyage.

- la préparation psychologique

* pensée positive et être confiant.
* se fixer un but à atteindre.
* vivre au jour le jour et surtout vivre LE jour.
* résoudre un problème à la fois.
* connaître le groupe avec lequel on va partir.